Les trucs à faire pour être commissaire priseur

Sa qualification est de vendre aux enchères des objets d'art, du mobilier et d'articles divers, mis en vente par des particuliers ou des entreprises (saisies judiciaires par exemple), il opère dans une salle ou un hôtel des ventes.

« Adjugé, vendu ! »  

Il a à charge de diriger la vente aux enchères, il revend pour le compte d'un client (acte civil), il n'achète pas pour revendre. Il est le seul, en tant qu'officier ministériel, à être habilité à diriger des ventes judiciaires. Qu'il s'agisse de vente volontaire ou vente judiciaire, la majorité exerce cette double activité. 

Le commissaire-priseur est également habilité à l'expertise de tableaux, meubles, bibelots et marchandises en tout genre. Ils sont pour la plupart spécialisés dans un type d'objets ou une période précise, bien que les ventes soient variées, elles ne peuvent être des biens immobiliers, secteur réservé aux notaires.

Avant d'arriver au coup de marteau qui annonce la vente, un gros travail est effectué en amont. Il peut, par exemple, organiser des expositions pour présenter des objets de valeur, constituer un catalogue pour les ventes prestigieuses. Il est nécessaire d'avoir une grande connaissance de l'art et un bon contact avec le public de tout horizon, ainsi qu'un carnet d'adresses bien remplis.

Formation et études

Comme dit au-dessus, il faut au minimum être titulaire d'un diplôme universitaire en droit et en histoire de l'art, l'un de ces deux diplômes doit être une licence (bac +3) et le second un bac +2. Ils permettent de se présenter à l'examen d’accès au stage (épreuves écrites et orales d'ordres juridique et artistique). Suite à cet examen, un stage de 2 ans (rémunéré), rapprochez-vous de la chambre nationale des commissaires-priseurs judiciaires pour en connaître les modalités. Afin d'effectuer des ventes judiciaires, il vous sera nécessaire de passer un examen d'aptitude spécial sur la réglementation professionnelle, la pratique des ventes et le droit (3 oraux de 30 minutes). 

Serez-vous le prochain Jean-Claude Anaf ? Seul l'avenir nous le dira !

Pas de commentaire

Poster un commentaire