manger légumes

Les trucs à faire pour rester en bonne santé : manger tous les jours

De l’analyse de nombreux rapports d’études menées par rapport à l’alimentation ces dernières années, il ressort une chose : nous mangeons plutôt mal. Nos habitudes alimentaires tendent à réduire les portions de légumes dans nos assiettes au profit de protéines d’origine animale. Or l’une des finalités d’un bon plan alimentaire est la normalisation des niveaux d’insuline et de leptine afin d’aider le corps à brûler les graisses. Dans un contexte où environ la moitié de la population française est en surpoids, des études ont démontré le fait que les légumes tiennent un rôle bien plus que gastronomique.

 

S’assurer une bonne santé générale

Selon le site Sagesse Santé, le fait d’augmenter les doses de légumes et de bon gras lors des repas permettrait de faciliter la digestion et l’évacuation des aliments transformés des sucres et des glucides qui contribuent au développement de l’insensibilité cellulaire à l’insuline. La consommation accrue de fruits et légumes jouerait même un rôle important dans le contrôle et maintien d’une charge pondérale optimale tout en agissant à long terme sur la limitation des risques liés à certaines pathologies. Il est en effet communément admis que la consommation de légumes et de fruits participe à la diminution des risques liés au développement d’un cancer. D’après les résultats de l’étude SUIVIMAX, une consommation régulière de légumes et de fruits en quantité suffisante permettrait de réduire de 30% l’exposition au cancer. Les avis au sein de la communauté scientifique sont toutefois mitigés à ce propos.

 

Protéger les cellules du corps

Cependant, il existe plusieurs points autour desquels il existe aujourd’hui un certain consensus. Les légumes et les fruits contiennent des antioxydants en quantités plus ou moins grandes selon les cas. Ces antioxydants sont des molécules impliquées dans la lutte contre les radicaux.
Les radicaux libres sont des substances chimiques ou molécules instables dont la production est intimement liée au fonctionnement normal de notre corps. Ils sont qualifiés d’instables soit parce qu’il leur manque un électron, soit parce qu’il y en a un trop. Et du fait de cette instabilité moléculaire, une réaction en chaîne appelée stress oxydatif se produit au sein de l’organisme. Au cours de cette réaction, les radicaux libres essayent d’atteindre un stade bien plus stable en acquérant ou en se débarrassant d’un électron.
Dans l’éventualité d’une insuffisance d’antioxydant dans l’organisme, cette réaction va fortement compromettre l’intégrité de certaines cellules et de l’ADN. Ceci favorise à terme le développement d’un ensemble de maladies parmi lesquelles : les cancers, les pathologies cardiovasculaires et immunitaires, etc.

Les antioxydants provenant de l’alimentation sont issues d’enzymes ou des vitamines principalement contenues dans les légumes et les fruits. Grâce à leur action antioxydante, elles vont contrecarrer les effets du stress oxydatif et ainsi limiter la dégradation des cellules.

 

Ralentir le vieillissement

Les radicaux libres sont également connus pour leur effet accélérateur du processus naturel du vieillissement. La théorie du vieillissement suscité par le stress oxydatif a d’ailleurs été formulée pour la première fois en 1954 par le professeur Denham Harman de l’université du Nebraska. A contrario, des chercheurs ont réussi à démontrer que la catalase est une enzyme antioxydante impliquée dans le ralentissement du vieillissement. En effet, des études menées par Martin Chalfie et James Taub ont permis de démontrer que cette enzyme neutralise le péroxyde d’hydrogène. Selon ces experts, le contrôle des radicaux libres est un déterminant majeur de la longévité.

 

Du potassium pour lubrifier le mécanisme

Le potassium permet de réguler la pression artérielle, assurer le fonctionnement des reins et maintenir un ph optimal au niveau du sang. Ce sel minéral tient ainsi un rôle important dans le bon fonctionnement de l’organisme. L’hypokaliémie (carence en potassium) peut entraîner un certain nombre de dysfonctionnements parmi lesquels : la paresse intestinale, les crampes musculaires, la paralysie des muscles voire une arythmie cardiaque.

Pas de commentaire

Poster un commentaire