guerre 14 18

Le déroulement de la guerre 14-18 : comprendre les événements

La Grande Guerre. Des termes qui n’ont rien d’affectueux et qui ne reflètent pas un sentiment d’admiration, mais bien des mots choisis pour exprimer le désastre et le nombre de morts, durant la période de 1914 à 1918. Comprendre le déroulement de cette guerre sert notamment pour le devoir de mémoire.

Pourquoi savoir comment s’est passée la Grande Guerre ?

Bien entendu, les manuels d’Histoire donnent un bref aperçu du déroulement de la 1ère Guerre Mondiale, signant la fin de la Belle Epoque. Mais il est difficile de comprendre en une ou deux pages ce qui s’est réellement passé ; ce qui a d’abord déclenché le conflit (l’assassinat de l’archiduc François Ferdinand le 28 juin 1914) et le déroulement de ces batailles incessantes qui ont fait 10 millions de morts ; sur les 78 millions de soldats qui avaient été mobilisés. La France, quant à elle perdra 1.3 millions d’hommes, dont 27 000 en un jour, le 22 août 1914 ; ce qui fait de cette journée, le jour le plus meurtrier de l’Histoire de France.

Comment le jeu des alliances amène l’Autriche Hongrie à engager une guerre qui implique ensuite le reste de l’Europe, l’Afrique, l’océan Atlantique et Pacifique, mais aussi l’Asie et le Moyen-Orient dans des conflits sans fin, ayant pour issue la victoire de la Triple-Entente, le 11 novembre 1918.

C’est parce qu’un tel conflit ne peut pas se comprendre en une heure de cours, qu’il peut être intéressant de redécouvrir le déroulement de la guerre de 14-18, avec des objets d’époque, mais aussi le travail de personnes ayant voulu reconstituer en quelque sorte l’ambiance de ces années qui ont marqué à jamais le visage du monde.

Mieux comprendre le déroulement de la première guerre mondiale :

Que ce soit pour des écoliers, des étudiants ou même des adultes, il est important, au-delà de simples dates, de faire comprendre l’ambiance qui devait régner dans les tranchées, les erreurs stratégiques notamment avec la confection de costumes voyants (bleus et rouges) qui faisaient des soldats de véritables cibles vivantes.

700 kilomètres de tranchées. Dedans : des hommes, affamés, blessés ou malades, la peur au ventre, n’ayant qu’une seule ambition : sortir vivants de cet enfer, sachant que les adversaires de l’autre camp vivaient dans les mêmes conditions et aspiraient à la même chose.

Pour s’imprégner de cette période effroyable et avoir une vision plus nette de la réalité de cette grande guerre de 14-18, le Musée de la Grande Guerre de Seine et Marne (à Meaux) accueille les visiteurs, avides d’apprendre et de comprendre le déroulement du conflit.

Il met en avant les conditions de survie de ces hommes qui ne tenaient, bien souvent qu’en écrivant à leur famille, à leur épouse ou leur fiancée sur ce qu’ils vivaient ou en sculptant de petits objets sur les accessoires mêmes de la guerre : des éclats d’obus. Un hommage leur est rendu, à travers cette reconstitution fidèle, pour leurs sacrifices.

Pas de commentaire

Poster un commentaire