Robots sur ordinateurs

Les robots sont-ils l’avenir du recrutement ?

Les robots digitaux, ou les algorithmes, s’immiscent de plus en plus dans notre quotidien. Ceux-ci sont également de plus en plus utilisés dans le secteur du recrutement, du tri des CV jusqu’à l’entretien d’embauche. Avec la digitalisation des processus, les entreprises sont toujours plus enclines à utiliser les outils du numérique pour optimiser la phase de recrutement. Ceux-ci sont-ils voués à remplacer l’humain dans le secteur des RH ?

L’utilisation de robots au cours de toutes les étapes de recrutements

Les algorithmes sont déjà utilisés depuis un certain dans le processus de candidature. De nombreuses plateformes d’emploi permettent de faire un cv en ligne, de cibler les profils ou de suggérer des annonces de postes compatibles. Désormais, les robots auraient la faculté de trier les CV, de contacter les candidats, de leur présenter la mission et d’organiser un entretien en visio-conférence. Vera, développée par une start-up russe, est un exemple d’intelligence artificielle capable d’échanger avec un candidat et d’identifier le meilleur profil.

D’autres types d’outils numériques interviennent dans le cadre du recrutement. Quand certains peuvent analyser le vocabulaire employé par un candidat, d’autres sont capables de scanner son visage et ses réactions pendant un entretien. Certaines entreprises, ayant des difficultés à attirer de nouveaux profils, se servent de l’IA pour séduire les talents et rendre le recrutement plus ludique.

Les limites des algorithmes

Attention, car même si les nouvelles technologies sont sources de gains en efficacité, et peuvent permettent de sélectionner les talents idéaux, il est conseillé de rester prudent. L’humain ne peut pas être totalement remplacé par l’automatisation, surtout dans le secteur du recrutement. Tout faire faire par un robot ne véhicule pas forcément une bonne image auprès des candidats. La marque employeur passe encore par des échanges entre personnes physiques. Le chatbot, par exemple, sert à répondre aux questions les plus courantes et basiques, mais montre ses limites lorsqu’il s’agit de répondre à une question spécifique et à valeur ajoutée. Avant d’opter pour de telles solutions digitales, il est donc nécessaire de bien étudier les bénéfices et les risques.

L’enjeu des recruteurs : l’optimisation de leur site

S’il faut rester prudent face aux outils utilisant l’intelligence artificielle, plus de la moitié des recruteurs auraient besoin d’un site web mieux optimisé pour le mobile. Cela leur permet en effet de gagner en efficacité, et de cibler un panel de candidats plus large, le mobile étant utilisé par plus de 60 % des chercheurs d’emploi. Près de 20 % d’entre eux postuleraient directement depuis leur smartphone. Pour capter les jeunes de la génération Y notamment, les entreprises doivent adapter leurs outils digitaux, et prêter une attention particulière à l’ergonomie de leur site internet.

Dans tous les cas, certaines méthodes s’avèrent très efficaces pour attirer les talents. Par exemple, challenger les postulants en proposant un jeu vidéo est une manière ludique et pédagogique de recruter, et participe à améliorer l’image globale de l’entreprise.

Pas de commentaire

Poster un commentaire