Repair Café : Réparer avant de jeter

repair café

Repair Café : Réparer avant de jeter

Qui n’a jamais eu un pincement au cœur en portant à la déchetterie des objets à l’origine d’innombrables souvenirs ?

Leur seule faute ? Être cassé ou tout simplement en panne. Mais ces deux motifs ne veulent pas forcément dire qu’ils sont à jeter. Pour tenter de leur donner une seconde vie, vous devriez probablement vous intéresser au Repair Café.

Les origines du Repair Café

Ce concept nous vient tout droit des Pays-Bas et plus précisément de la ville d’Amsterdam. À l’origine ? Une ancienne journaliste du nom de Martine Postma devenue militante écologiste.

Son idée est simple : pouvoir agir au niveau local, lutter contre le gaspillage et l’obsolescence programmée. Le succès est retentissant. Une fondation du même nom voit le jour, aidant à la création et au recensement des établissements de ce type. Ce phénomène devient mondial et de nombreux pays (tels que l’Allemagne, les USA ou encore l’Australie) l’adoptent.

La France n’est pas en reste puisqu’il en existe plusieurs centaines à l’heure actuelle. Leur développement est régulièrement soutenu par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) au travers de ses directions régionales. À noter que d’autres termes peuvent désigner cet atelier solidaire comme le Café Bricol’.

Après une rapide recherche, vous pourriez d’ailleurs découvrir qu’il en existe un tout près de chez vous !

Les objectifs

Ces évènements à but non lucratif proposent une aide à réparer avec des objectifs aussi simples que louables, parmi lesquels :

  • Donner une seconde vie à vos objets du quotidien : le premier réflexe que nous avons (presque) tous est de se débarrasser d’objets qui ne sont plus en état de fonctionner. Plutôt que de faire cela, une réparation réussie est synonyme de seconde vie pour ces derniers et grâce aux pièces détachées électroménager ! Cerise sur le gâteau, vous allez y faire des économies en évitant un passage, potentiellement onéreux, chez un réparateur. Sans parler du coût que représenterait un produit neuf.
  • Lutter contre l’obsolescence programmée : les fabricants peuvent utiliser des méthodes destinées à réduire la durée de vie d’un appareil. Le terme définissant ce genre de pratiques est l’obsolescence programmée. Tenter de réparer plutôt que de jeter est un premier pas fait dans cette lutte.
  • Tendre vers le zéro-déchet : dans le but de préserver l’environnement, cette démarche éco-responsable en vogue est rencontrée sous le terme Anglais « zero waste ». Comment ? En réduisant la production de déchets de chacun. Sa mise en place est ici triviale : remplacer un trajet à la déchetterie et l’achat d’un nouveau produit par une visite en Repair Café.
  • Passer un moment convivial : sans conteste l’une des valeurs les plus importantes animant ces lieux. Au-delà d’une aide à la réparation, vous y trouverez un lieu propice aux échanges, à la transmission de connaissances et savoir-faire. Une belle manière d’allier l’utile à l’agréable.

Quels objets y sont réparés ? Pour qui ? Par qui ?

Tous les objets sont candidats à une réparation à condition d’être en panne ou endommagés.

Pour le reste aucune contre-indication. Que cela soit une cafetière, un aspirateur, du gros électroménager comme une machine à laver, ou de petits appareils (même la chaîne hi-fi de votre jeunesse), tout peut être apporté.

Néanmoins, il peut arriver que des pièces détachées soient nécessaires. Pas de problème là non plus puisque les Repair Café se déroulent à intervalles réguliers. Vous serez donc en mesure de commander ce qu’il vous faut et revenir la prochaine fois.

Ces ateliers de réparation sont ouverts à tous. Petits et grands sont les bienvenus dans cet espace.

En guise de réparateurs vous trouverez une équipe de bénévoles débrouillards dont le but sera de vous proposer une expérience ludique. Avec leurs conseils et explications avisés vous pourriez également être en mesure d’aider d’autres personnes dans le futur.

En plus de la satisfaction de repartir avec un appareil fonctionnel, vous ne laisserez que ce que vous voulez bien donner. Rien de plus, rien de moins.

Le petit guide du participant

Voici quelques étapes impératives qui vous permettront de participer à votre premier atelier collaboratif :

  • Étape 1 : identifier l’évènement le plus proche. Pour cela vous pouvez utiliser un moteur de recherche ou les réseaux sociaux classiques tels que Facebook, Twitter. Les sites des communes (et communauté d’agglomération) regorgent également d’informations pratiques.
  • Étape 2 : s’inscrire. Afin de limiter les temps d’attente, les organisateurs demandent le plus souvent une inscription préalable. N’omettez pas cette étape sous peine de ne pas pouvoir rentrer.
  • Étape 3 : se présenter le jour J, à l’heure … et au bon endroit.

  • Étape 4 : patienter et profiter. Il peut arriver que le spécialiste en charge de votre objet soit occupé. Il faudra alors patienter un peu. Mais n’oubliez pas qu’ils restent des bénévoles là pour vous aider.

Vous en savez désormais plus sur ce qui se cache derrière ce phénomène en vogue et ouvert à tous. Quoi de plus satisfaisant que d’apprendre à réparer soi même tout en réduisant le gaspillage.

Pour aller plus loin, et en restant dans l’écosystème local, vous pouvez également tester les ressourceries. Elles collectent les objets non utilisés pour les revaloriser et les revendre à petits prix.

 

Pas de commentaire

Poster un commentaire