Les trucs à faire pour éloigner les sangliers

Ces mammifères sont très problématiques et ils causent des dommages à l'agriculture. Les dégâts se chiffrent souvent à plusieurs milliers d'euros selon les régions. Ils se nourrissent de glands, de châtaignes, de petits animaux, d'herbes, d'insectes. Ils sont également très friands de maïs, de blé. Ils sont donc attirés par les champs cultivés où ils trouvent facilement leur déjeuner au grand désespoir des agriculteurs. Comment freiner la prolifération, la chasse est-elle la seule solution ? La réponse est négative grâce à ce répulsif sanglier.

Des dommages relativement importants pour l'agriculture

Les sangliers s'installent à profusion. Le phénomène a pris de l'ampleur ces dernières années. On ne compte plus les collisions avec ces animaux. En effet, ils divaguent sur la voie publique causant ainsi de nombreux accidents de la route. Dans certaines régions, des battues sont organisées afin de mieux contrôler la prolifération des sangliers. Les chasseurs mettent en cause l'urbanisation. Des zones qui n'étaient pas construites le sont désormais, de plus les espaces laissés à l'abandon entre les constructions ne sont plus accessibles aux agriculteurs, ils deviennent le refuge des sangliers d'où les incursions de plus en plus fréquentes dans les zones urbaines.

Un répulsif représente la meilleure solution

Des clôtures sont posées autour des bois, des haies sont installées, c'est une bonne volonté reconnue par les agriculteurs, mais qui aujourd'hui n'est pas encore assez efficace. Des entreprises proposent également des répulsifs et des pièges contre ces nuisibles. Une façon efficace de protéger les cultures et ainsi éviter les dommages. Des solutions naturelles pour éloigner leur présence sur les terrains cultivés, les jardins. Depuis déjà quelques années, les sangliers prolifèrent et bien souvent les assurances ne marchent pas pour compenser les dommages. Les clôtures restent efficaces. Un bon répulsif peut être la solution pour s'en débarrasser sur le court ou le long terme.

Pas de commentaire

Poster un commentaire