Comment procéder à une isolation thermique efficace de sa maison ?

isolation maison

Comment procéder à une isolation thermique efficace de sa maison ?

En neuf comme en rénovation, l’isolation constitue un poste majeur dans la mesure où elle présente d’importants avantages aussi bien en termes de consommation d’énergie que de confort thermique. Une habitation bien isolée (ou avec une isolation améliorée) permet non seulement à son propriétaire de bénéficier d’un cadre de vie plus agréable en intérieur, mais également de réaliser des économies d’énergie considérables.
Mais comment doit-on réellement s’y prendre pour procéder à une isolation efficace de son logement ? Quelles parties faut-il isoler ? Quelles méthodes d’isolation utiliser ? Découvrez dans cet article la bonne démarche à adopter et les différentes solutions applicables.

Réaliser un bilan énergétique pour bien évaluer l’état des lieux

Pour pouvoir mener à bien vos travaux, que vous ayez prévu d’isoler des combles, de traiter les façades ou d’effectuer une rénovation globale, il vous faudra tout d’abord réaliser un DPE (diagnostic de performance énergétique). Ce travail d’évaluation, qui devra être mené par un expert, vous permettra de connaître l’état des lieux. Grâce à ce bilan, vous aurez un aperçu détaillé des points forts et des points faibles de votre habitation en termes de flux et de confort thermiques. Concrètement, l’étude révèlera les ponts thermiques (les parties responsables des déperditions de chaleur).

Une fois que tous les espaces isolables sont identifiés, vous pourrez alors choisir les solutions d’isolation les mieux adaptées afin d’améliorer la performance énergétique de votre maison ou appartement. De manière générale, le technicien vous présentera des recommandations précises et complètes sur les aménagements à prévoir, et ce, conformément aux normes en vigueur. Il convient de préciser que l’audit énergétique est différent du PBE/EPC (certificat de performance énergétique). Pour rappel, ce dernier est requis, dans le cadre d’un projet de vente ou de location immobilière, pour informer toutes les parties de la consommation énergétique du bien concerné.

L’isolation de la toiture et des combles, une vraie priorité

Puisque près de 30 % des déperditions thermiques d’une maison se font par le toit, l’isolation de la toiture doit être une opération prioritaire los de vos travaux, et ce, qu’il s’agisse d’une construction neuve ou d’une rénovation. Dans le cas où vous avez des combles perdus, la solution la plus adéquate consiste à traiter au plus près du volume habité. Vous pourrez placer l’isolant sur le sol ou à même le plancher. Les matériaux tels que la laine de verre, le plastique alvéolaire et l’isolant biosourcé sont les plus utilisés pour ce type d’isolation.

S’il vous faut isoler des combles habitables ou aménagés, vous avez le choix entre deux approches : l’ITI (isolation par l’intérieur) et l’ITE (isolation par l’extérieur). La première solution consiste à isoler les rampants (murs en pente). L’autre méthode, le traitement par l’extérieur qui est mieux connu à travers la technique du « sarking », nécessite un réaménagement de la structure de la toiture pour que l’isolant puisse être installé. L’ITE est une option intéressante si vous voulez conserver le volume habitable dans les combles.

Les murs, un espace isolable important

Les murs représentent 20 à 25 % des déperditions de chaleur dans un logement. De ce fait, ils doivent donc aussi être isolés convenablement si on veut parvenir à lutter efficacement contre les ponts thermiques. En général, les façades devraient être, après la toiture, une priorité dans l’ordre des travaux d’amélioration à réaliser. La solution la plus simple, si vous avez des murs creux (au moins 5 cm de vide), consiste à injecter de la mousse, des flocons ou des granulés dans l’épaisseur de ceux-ci. Cette couche d’isolant suffira à éviter les pertes calorifiques.

Si vos façades sont pleines ou que vous souhaitez recourir à une méthode plus efficace, vous pouvez toujours opter pour une isolation par l’intérieur ou par l’extérieur. Plusieurs paramètres (configuration des pièces, accès, type d’isolant utilisé, performances attendues et autres) seront à prendre en compte afin de déterminer la bonne technique à appliquer. L’ITI pour les murs est moins coûteuse et assez facile à mettre en œuvre. Elle est souvent privilégiée dans le cadre d’un projet de construction neuve.

L’ITE, quant à elle, est particulièrement efficace, car elle a pour effet d’éliminer fortement les ponts thermiques. Par ailleurs, puisqu’elle se fait par l’extérieur, elle permet de conserver le volume habitable en intérieur. Cependant, l’isolation des murs par l’extérieur est généralement un projet onéreux et nécessite l’obtention d’un permis de la part des autorités locales.

L’isolation des fenêtres et du sol pour éliminer les ponts thermiques restants

Les fenêtres et le sol sont à l’origine de très peu de déperditions énergétiques (environ 10 % à 15 %) comparées aux autres zones isolables. Cela ne signifie pour autant qu’ils doivent ou peuvent être délaissés. Un bon vitrage (double ou renforcé) devrait suffire pour bien isoler les ouvertures. Pour ce qui est du sol, un isolant placé sous ou au-dessus du sol devrait servir à créer une couche isolante efficace.

Pas de commentaire

Poster un commentaire