Les trucs à faire pour louer un appartement, une maison

Première ville verte de France, Besançon incarne l’excellence en termes de qualité de vie. Commune de l’Est de la France, Besançon est située au cœur d’une région aux nombreux attraits. A quelques lieux de la citadelle de Vauban à Belfort, des sentiers pédestres qui mènent à la cascade du Hérisson, du site préhistorique de la Loulle, des pistes de ski de fond la Trans jurassienne, mais aussi de la scène musicale des Eurockéennes notamment, c’est sans compter ses mets qui émoustillent les papilles. Alors, que vous vous apprêtez à emménager dans une nouvelle location dans cette ville pleine de charmes, rien de tel que de checker les différents points pour que cela se passe au mieux.

Les trucs à faire pour bien louer

En envisageant une nouvelle location, on a tous à l’esprit la décoration, les aménagements et les autres détails qui font du futur lieu un véritable nid douillet. Et si cette perspective est plutôt réjouissante, il convient tout de même de vérifier quelques trucs avant de se lancer. Une fois le bail signé, il sera trop tard. 

Écumer les annonces avec une agence immobilière

Entre les petites annonces parues dans la presse locale, les sites internet de petites annonces voire le bouche-à-oreille ou encore le recours aux réseaux sociaux, la recherche d’une location d’un bien peut vite devenir stressante et chronophage. À plus forte raison, lorsque l’on ne connaît pas la réalité du marché. Pour éviter que cette recherche ne finisse en parcours du combattant, mieux vaut s’en remettre à une agence immobilière à Besançon.

Faire appel à une agence immobilière permet d’économiser de son temps, de bénéficier de l’expertise de professionnels en immobilier afin de louer un logement aux normes, mais aussi d’éviter les visites décevantes et les refus de candidature après un coup de cœur. En fonction de ses critères, l’agence sélectionne les biens qui correspondent au mieux aux attentes et organisent les visites en fonction des disponibilités de chacun. Et surtout, la signature du bail via une agence immobilière protège des problèmes comme une fuite d’eau par exemple.  

Optimiser son dossier avant la visite

Avant même de contacter l’agence immobilière, il convient de constituer un dossier en béton. En général, le dossier se compose d’une pièce d’identité en cours de validité, des trois dernières fiches de paie, des trois dernières quittances de loyer, du contrat de travail, d’un relevé d’identité bancaire, d’un avis d’imposition, les documents d’un proche solvable qui se portera caution solidaire lors de la signature du bail – pièce d’identité, avis d’imposition, contrat de travail, trois dernières fiches de paie notamment – ainsi que les coordonnées du dernier propriétaire voire une lettre de recommandation de sa part. 

Craquer pour un bien oui, mais pas au-dessus de ses moyens

La première des choses à faire serait de calculer le budget locatif au préalable. L’idéal est ne pas envisager une location si le loyer est supérieur à 30% de ses revenus mensuels. Pour la simple et bonne raison qu’au-delà les risques de surendettement et leurs conséquences sont palpables. Une fois le budget fixé, il est alors possible de définir l’ensemble des critères souhaités – ascenseur, place de parking, terrasse, trois chambre, cuisine ouverte, proximité des transports en commun, dernier étage par exemple – et de distinguer ceux qui sont indispensables de ceux qui seraient un plus. Cela permet alors de s’assurer que le logement réponde aux besoins et éviter ainsi de déchanter.

Parce que l’on oublie parfois qu’un nouvel emménagement a un coût, mieux vaut avoir à l’esprit qu’il faille s’acquitter des frais d’agence, mais aussi du cautionnement qui correspond en général à deux à trois mois du loyer. En parallèle, il faut s’informer des charges incluses ou non dans le prix du loyer comme l’eau, l’électricité, les charges notamment. Pour finir, mieux vaut vérifier s’il est possible de bénéficier d’aides de la CAF et connaître les conditions d’une éventuelle augmentation du prix du loyer et sa fréquence. 

Savoir à qui incombent les frais de maintenance et de réparations du logement est également de bon augure. Même si le locataire est tenu de par la loi de l’entretien courant du logement et des menues réparations, mieux vaut demander quels sont les travaux dont doit s’acquitter le propriétaire. Et même si la loi autorise le locataire à procéder à quelques menus aménagements et travaux de décoration sans que le propriétaire puisse exiger la restitution du logement dans l’état d’origine, mieux vaut là encore savoir ce qui est autorisé. 

Vérifier l’état du logement avant de signer !

Il et INDISPENSABLE de faire un état des lieux avant toute signature. Cela permet de notifier ce qui fonctionne ou pas, de voir ce qui est en état de ce qui ne l’est pas, bref il faut tout vérifier point par point même ce qui semble insignifiant comme une tâche au mur, une fenêtre qui ouvre mal ou une lampe fissurée par exemple. Il serait dommage d’être responsable de détériorations alors qu’elles ne sont pas de votre fait une fois que vous rendrez le bien. Rien de tel que de prendre également des photos, de les nommer et de se les envoyer par mél. dans sa propre boîte. Il faut savoir que tout ou une partie du montant de votre cautionnement peut être retenu à la sortie des lieux en cas de dommages ou de dégâts au sein du logement.

Une fois l’inspection finie, mieux vaut s’assurer que le quartier et le voisinage soient agréables, et ce, de jour comme de nuit, en semaine comme en week-end. Si une boîte de nuit est peu dérangeante de jour, elle peut le devenir de nuit surtout si l’on n’est pas un papillon de nuit. 

Il est essentiel de connaître les conditions du bail avant de signer. En règle générale, la durée est de trois ans. Mais, il est possible de quitter le bien loué à tout moment en prenant congé par lettre recommandée avec accusé de réception et en respectant un préavis d’un ou trois mois selon les cas. Attention aux animaux. Si le propriétaire n’est normalement pas tenu d’interdire la présence d’un animal domestique, ce dernier ne doit pas être classé comme dangereux. Dernière chose, le locataire se doit de souscrire une assurance habitation pour le logement, sauf s’il s’agit d’une location saisonnière seulement.

Pas de commentaire

Poster un commentaire